Il y a quelques temps sur Instagram j’ai discuté avec certains d’entre vous autour de cette question et je me suis rendu compte qu’il y avait vraiment deux équipes qui se faisaient face ! Écrire longtemps ou écrire souvent mais peu de temps… Aucune injonction à faire l’un ou l’autre, on peut vraiment coupler les deux d’ailleurs mais je voudrais revenir un peu sur les avantages et les inconvénients de chaque pratique. On y va ?

Écrire souvent

Je fais partie de ceux qui pensent que l’on reste connecté à son histoire en la retrouvant souvent, en ayant de vrais rendez-vous avec ses personnages et son univers.

Écrire souvent et par petites touches, je trouve ça très utile lorsqu’on est en phase de préparation de roman par exemple. Tout simplement parce qu’on a pas besoin d’une longue plage horaire pour se mettre dans son histoire (pour moi en tous cas !), on peut juste prendre des notes dès qu’on a du temps et l’inspiration qui pop dans notre tête. Dans le métro, en réunion, le soir dans son bain…

Bref, l’inspiration est partout et quand je prépare un roman je suis souvent là à noter tout plein de choses dans mes carnets ou sur Notion, histoire de ne rien oublier !

En revanche, lorsque la préparation est terminée et qu’on se lance vraiment dans l’écriture, là je suis un peu plus partagée. En fait vous l’aurez compris je pense que le top du top serait d’écrire souvent ET longtemps.
Mais ce n’est pas toujours possible et compatible aves nos emplois du temps donc il vaut mieux peu de temps et souvent qu’une fois par mois 3 heures selon moi.

Écrire souvent, même un peu, quelques lignes, ça permet :

  • De rester ultra connecté à ses personnages, son univers, sa vision du projet.
  • De ne pas perdre la motivation pour continuer et aller au bout du projet.
  • De quantifier plus facilement le travail abattu et celui qu’il reste à fournir.

Écrire longtemps

Alors… Pour ne rien vous cacher je fais ces dernières années, plutôt partie de cette team là. Pendant mes études j’écrivais beaucoup plus souvent – presque tous les jours une petite heure – MAIS ça, c’était avant.

Entre temps j’ai terminé mes études, j’ai monté mon entreprise, je gère 2 business en plus de ma vie privée et clairement ce n’est plus possible pour moi de donner autant de place à l’écriture de fiction.

En revanche, j’ai trouvé un compromis en écrivant 2 fois par semaine environ, voire plus quand je peux me le permettre et que je m’organise en fonction. Souvent maintenant je couple ça avec mes live co-working sur Twitch comme ça je me motive en travaillant sur mes romans avec vous. 🥰

Par exemple lorsque j’ai écrit mon roman contemporain La mer est calme j’ai écrit tous les jours en live pendant 1h30. Dans une journée, c’est un temps qui se trouve… Et en 3 mois le premier jet de mon roman était bouclé !

🎙 Ecouter aussi > Journal de bord n°16 – Bilan du Nanowrimo, fin du roman, réécriture et processus croisés !

Oui… Ça fait réfléchir !

Écrire sur un laps de temps long, cela va à beaucoup de personnes qui sont simplement plus longues à se “mettre” dans leur projet. Nous sommes tous différents et tout le monde n’arrive pas à appuyer sur ON et que sa créativité se mette en marche. Parfois ce n’est pas aussi facile, il faut le temps de se relire, de se replonger dans notre univers etc.

🖊 Lire aussi > Trouver l’inspiration – La bulle créative

Écrire rarement mais sur un laps de temps plus long permet :

  • De clairement produire plus “en une fois”.
  • D’être complètement immergé dans son histoire et donc d’écrire “juste” plus facilement (je trouve !)
  • De voir la finalité de son récit se dessiner et donc de ne pas perdre sa motivation.

Je terminerai cet article sur UN point important… Personne n’est tout l’un ou tout l’autre, je pense qu’on a tous nos moments plus ou moins centrés sur l’écriture et sur nos projets de fiction.
Écrire de longues heures ça peut être bien et très enrichissant…

Mais attention à ne pas délaisser votre texte trop longtemps entre deux sessions où vous plongez vraiment dans l’histoire. Vous risquez d’avoir de plus en plus de mal à vous y remettre. L’écriture fait appel à une vraie gymnastique intérieure. Après tout, ce n’est pas rien de changer d’univers en un clin d’oeil ! 😉

Un petit mot ?

%d blogueurs aiment cette page :