First thing first, vous écrivez avant tout pour VOUS et pour personne d’autre. 😁

Une fois que ça c’est dit, passons au sujet du jour. Lorsqu’on a des ambitions éditoriales, que l’on cherche à faire publier son ouvrage, on nous demande souvent à quel genre appartient notre roman et la question “quelle cible pour mon roman ?” devient importante à se poser. QUI va lire ce livre ? Qui est plus à même de l’apprécier, de s’identifier, de s’y reconnaître ?

🎙 Ecouter aussi > 31. Retrouver le plaisir d’écrire simplement

cible pour mon roman
Photo by Campaign Creators on Unsplash

Pourquoi une cible pour mon roman ?

Bon déjà, pourquoi je trouve que c’est important de se poser la question si on souhaite publier son roman ? Tout simplement pour savoir vendre son histoire. Le livre est un produit, dans une industrie. Une industrie culturelle, certes, mais une industrie quand même.

Les éditeurs ont besoin de vendre votre livre pour que l’opération soit rentable.

Pour savoir si vous faire confiance et miser sur votre histoire vaut le coup, il faut au préalable savoir si les lecteurs seront au rendez-vous. Et comment le savoir si vous ne savez pas à qui votre livre s’adresse ?

CQFD 😉 Lors des envois aux différentes maisons d’édition que vous avez choisies, je vous conseille vivement d’ajouter une mention spéciale sur le sujet dans la lettre qui accompagne votre manuscrit.

Par exemple : “Ce roman s’adresse à un public adolescent, qui aime le surnaturel et la romance. Il entrerait selon moi très bien dans votre collection XXXX.”

🖊 Lire aussi > 3 étapes clés pour un bon synopsis

Cette petite phrase semble anodine mais s’avère utile une fois sous les yeux des éditeurs. C’est un peu comme entrer dans un appartement et que la déco vous plaise déjà, vous vous projetez !

Stéphane Plaza

S’en préoccuper au début ?

La seconde partie de cet article est un peu à double-tranchant. En effet, c’est une histoire de goût… Peut-on adapter son écriture au lecteur potentiel du roman ?

Je pense que oui, personnellement. Ça peut être intéressant si vous participez à des appels à textes pour des nouvelles par exemple mais aussi à des appels à manuscrits pour des romans. Dans ces cas-là, vous avez besoin de savoir à qui s’adresse le recueil final ou dans quelle collection s’inscrit le texte que vous allez envoyer.

Si au contraire je m’engage dans un projet de ma propre initiative, alors penser en amont mon lecteur idéal, ma cible pour mon roman, va pouvoir m’aider sur plusieurs points.

  • Le style : on n’écrit pas de la même façon pour la jeunesse que pour les trentenaires et avoir la cible en tête peut vous aider à ne pas vous égarer au niveau du vocabulaire ou de la syntaxe.
  • Les maisons d’édition : même lorsqu’on est en phase d’écriture, on peut réfléchir et amasser des informations sur les maisons auxquelles on aimerait proposer notre manuscrit. On a alors besoin de savoir dans quel rayon notre texte pourrait être vendu, tout simplement.
  • L’histoire & le rythme : loin de moi l’idée de vous dire de changer votre histoire en fonction de la cible à laquelle elle s’adresse… Mais parfois cela peut s’avérer utile. La cible pour mon roman est-elle trop jeune pour lire telle ou telle scène ? Peut-elle être heurtée par tels propos ? Cela peut être particulièrement important si vous n’écrivez pas de la fiction ou si vous vous basez sur du témoignage, une histoire vraie…

Connaître la cible à laquelle vous vous adressez lorsque vous sortez ces histoires et ces mots de votre tête est un point fort du processus d’écriture. Je trouve que si ce n’est pas indispensable, c’est une étape importante pour mener son texte plus loin que le tiroir de notre bureau. Peut-être entre des mains amies ? 💛

1 commentaire

  1. Très bon article Camille! Le public visé est essentiel en tant qu’auteur ou auteure. La façon dont on va écrire, le sujet que l’on évoque, cela ne va pas forcément viser le même public. Il est important de se poser la bonne question 🙂

Un petit mot ?

%d blogueurs aiment cette page :